Cher(e)s confrères,

Le 6 juin, Hospimédia publiait le texte suivant :

Un arbitrage ministériel propose de réduire de moitié le temps de formation "en phase de mise en responsabilité" des futurs chirurgiens dans le cadre de la réforme du 3e cycle. Les enseignants de chirurgie, l'Académie et les conseils professionnels lancent une alerte et dénoncent les menaces qui pèsent sur la formation et la qualité des soins.

La situation est inédite. C'est même une première en France. Les enseignants de chirurgie et leurs instances universitaires, l'Académie de chirurgie et les conseils professionnels lancent ce 6 juin une alerte sur le risque de "voir se dégrader la qualité de la chirurgie française". Dans un communiqué commun, les présidents des conseils nationaux des universités et des conseils nationaux professionnels de douze spécialités chirurgicales, soit la totalité, s'insurgent contre les modalités de la réforme du troisième cycle. Ils ont en effet eu connaissance des arbitrages proposés par les ministres en charge de la Santé et de l'Enseignement supérieur, dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études médicales. Cette maquette, datée du 27 mai et dont Hospimedia s'est procuré copie, prévoit notamment de réduire d'un an la durée de formation des chirurgiens, "alors qu'elle se situait déjà tout juste dans la moyenne des pays européens". Elle devrait être rendue publique ce 9 juin, dans le cadre des travaux de la Commission nationale des études de maïeutique, médecine, odontologie et pharmacie (Cnemmop).

La qualité de la formation et des soins menacée
[...]

Le soutien des jeunes chirurgiens
[...] Le Conseil national des jeunes chirurgiens (CNJC) a indiqué ce 6 juin à Hospimedia, par la voix de son président, son rejet de la proposition de réduire la durée de formation. "Exercer en tant qu'assistant spécialisé est primordial. C'est le moment où le futur chirurgien prend en charge de manière complète le patient, en étant conseillé par les séniors. C'est un passage formateur très important", explique Marc-Olivier Gauci. Le CNJC soutient donc pleinement l'alerte lancée ce 6 juin par les chirurgiens. [...]

Il faut nous mobiliser et communiquer autour de nous en dénonçant cette nouvelle aberration de ces inconséquents qui nous gouvernent. Il s'agit une nouvelle fois de niveler vers le bas le niveau des élites pour mieux les dominer et sans doute moins les payer. Le CNPU s'est manifesté par une lettre conjointe avec les autres spécialités chirurgicales (voir ci-dessous), de notre coté faisons notre possible pour que ce texte soit retiré ou rediscuté.

Le bureau du SNCUF

Pièces jointes :