NUMÉRO 22 - Lundi 5 septembre 2016

Newsletter mensuelle des urologues adhérents de l’AFU

Retrouvez-nous...
sur Facebook Urofrance
sur Twitter @AFUrologie
#Urologie  #AFUFlash  #AFUSciences
#AFUPatient  #AFUMedia

ÉLECTIONS

 

LA JEUNE GÉNÉRATION, TIMIDEMENT À L’ASSAUT DE L’AFU

Les élections du conseil d’administration de l’AFU approchant, un renouvellement de bureau est prévu. La jeune génération, celle qui s’investit au sein de l’Association française des urologues en formation (AFUF), serait-elle prête à poursuivre avec l’AFU ? Rencontre avec deux membres du bureau de l’AFUF.

Au téléphone, la voix est enthousiaste et l’énergie communicative. Gaëlle Fiard, présidente de l’AFUF depuis 2014, est pleine de projets. « Nous avons créé l’an passé les e-rencontres de l’AFUF, pour que les jeunes urologues de toute la France puissent échanger », se réjouit-elle. « Nous essayons d’inviter d’autres spécialités à participer au débat, ça me semble important que les échanges ne se fassent pas qu’entre urologues. » Elle reconnait volontiers qu’il faut faire preuve d’une grande organisation et savoir aménager son emploi du temps – ses activités associatives lui prennent deux heures par jour –, mais cela n’enlève rien au vent de changement et d’ouverture qu’elle souhaite installer dans la communauté.

Tournés vers l’international
E-congrès et journées nationales sont des occasions idéales pour rencontrer les confrères européens. « Les urologues français ne sont pas réputés pour leur ouverture au niveau européen. À nous de changer cette image », estime-t-elle. « J’ai l’impression qu’au sein de l’AFUF, les jeunes sont plus enclins au dialogue et à l’ouverture », confie la présidente, qui constate malgré tout l’important travail de l’AFU en termes d’engagement à l’international. « Ce sera à nous, jeunes urologues, de faire en sorte que cet état d’esprit, que nous soutenons au sein de l’AFUF, s’étende à l’AFU. »

Et passer le pas pour l’association parente ? « Beaucoup de jeunes urologues sont motivés pour s'engager à l'AFU mais ne se sentent peut-être pas encore légitimes auprès de leurs pairs, ils préfèrent attendre d’avoir une plus grande expérience, des publications, avoir participé à des travaux de recherche… », explique Charles Dariane, secrétaire général de l’AFUF depuis 2014. S’il ne regrette en aucun cas son engagement associatif, il sait combien celui-ci peut impacter l’organisation professionnelle. « L’AFUF demande beaucoup d’investissement », constate-t-il. « Être membre de l’AFU est également très chronophage… peut-être même plus ! »

Mieux répartir le travail
De fait, bon nombre d’adhérents de l’AFUF préfèrent notamment passer par les sous-comités de l’AFU avant de s’investir au conseil d’administration, qui nécessite une expérience plus riche, fruit d’années de pratiques. « Dans l’idéal il faudrait que la charge de travail entre les uns et les autres soit mieux répartie, cela serait certainement moins intimidant pour les jeunes urologues », estime Charles Dariane, soucieux de conserver du temps pour sa vie familiale et sociale.

Bonne nouvelle, si elle est un rien hésitante, la relève est malgré tout sur le pont. « D’un point de vue personnel, je ne pourrais pas envisager ma carrière d’urologue sans m’investir dans une association », conclut Gaëlle Fiard. « L’AFU me semble une suite tout à fait logique à mon engagement au sein de l’AFUF. »

Retour à la newsletter

 
 
 

Retrouvez-nous...

sur Facebook Urofrance

sur Twitter @AFUrologie

www.urofrance.org

 

Publication de l'Association française d'urologie - Directeur de publication : Dr Christian Castagnola - Conception et rédaction Planète Med - Design Luciole
Newsletter confidentielle destinée aux urologues adhérents de l'AFU. Tous droits réservés.

 

Vous recevez cette information en raison de vos activités professionnelles. Conformément à la loi "Informatique et Libertés", vous disposez d’un droit d’accès et de rectification pour toute information vous concernant, en nous contactant par téléphone ou email. Pour ne plus recevoir d’informations de notre part, veuillez le signaler à contact@urofrance.org.