Histoire de l'urologie en France

Le vingtième siècle

Le vingtième siècle urologique est marqué, en France comme dans nombreux pays du monde dit occidental, par deux phénomènes concommittents :

  • La multiplication des spécialistes : Dans le premier quart du 20ème siècle furent créés dans les grandes villes des services de chirurgie centrés sur l’urologie ou d’urologie exclusive, formateurs qui rendent compte de la possibilité d’extension de la spécialité (Pierre FABRE à Toulouse, Emile JEANBRAU à Montpellier, Jean ESCAT à Marseille, Victor ROCHET et Georges GAYET à LYON, Alfred POUSSON à BORDEAUX, Victor CARLIER à Lille, Victor PAUCHET à Amiens…). Il y avait environ 40 urologues en 1925 en France, moins de 150 en 1950 moins de 400 en 1975 (et qui n’étaient pas tous urologues exclusifs) enfin plus de 1000 urologues exclusifs dans les dernières années du siècle. La presque totalité des départements français disposait en 2000 d’urologues exclusifs bien formés (La majorité des départements disposant de plus de 5 urologues exclusifs).
  • La transformation de la spécialité du fait non seulement des progrès techniques mais aussi de modifications considérables dans la fréquence des pathologies traitées. Entre 1935 et 1940 la néphrectomie pour tuberculose représentait 50% des interventions pratiquées dans un hôpital parisien. Actuellement la chirurgie des cancers urologiques représentent 40% de l’activité.

Enfin le 20ème siècle urologique a été le siècle

  • de la magnifique conquête qu’a été la transplantation rénale où les français ont été des pionniers,
  • de la chirurgie réparatrice et restauratrice de la voie excrétrice urinaire. Là encore nombre de français dans ses conquérants et dans ses défenseurs.
  • de la prise en charge de la cancérologie urologique,
  • de l’explosion de la chirurgie endoscopique strictement urologique dans le premier quart du 20ème siècle et redevenue importante à la fin du siècle du fait de la diffusion de la chirurgie coelioscopique où, la encore les français se sont illustrés.
  • de l’élargissement du champ d’action de l’urologie : neuro-urologie, andrologie avec ses deux versants reproduction et sexualité etc…
Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3