Éditorial du 16/12/2013 : Chirurgie ambulatoire en urologie, Recommandations 2013

La Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé son label méthodologique aux recommandations de l’AFU le 13 novembre dernier.

L’AFU peut s’en féliciter à plusieurs titres.

  • Elle a produit ces recommandations avec d’autres sociétés savantes et agences d’état : la SFAR (Société Française d’Anesthésie Réanimation), l’AFCA (Association Française de Chirurgie Ambulatoire) et l’ANAP (Agence Nationale d’Appui à la Performance), qui ont validé ces recommandations par leur conseil d’administration.
  • L’AFU a travaillé transversalement : l’ensemble de ses comités, le SNCUF, l’AFUF ont été partie prenante ; 74 urologues travaillant en structures privées, universitaires, publiques ou PS-PH ont participé aux différents groupes de travail.
  • L’AFU s’est entouré de compétences extérieures, ainsi 58 non urologues, médecins ou non, ont participé aux mêmes groupes de travail.
  • L’AFU a vu émerger de jeunes talents, Julien Branchereau, Francois-Régis Desfemmes, Sébastien Larue, Guillaume Legrand, Thomas Le Guilchet et Thibault Murez. Ils ont piloté ces recommandations en grande partie.

Ces 59 recommandations font l’objet d’un numéro spécial de Progrès en Urologie que vous avez reçu, elles sont disponibles sur Urofrance.

Aux urologues maintenant de se les approprier, le grand public le fera bientôt grâce à une version spécifique en cours de finalisation (39 d’entre-elles ont été choisies).

A retenir parmi celles-ci :

  • L’aspect éthique 
    Il est recommandé d’appliquer les recommandations selon le contexte, pour un patient, un acte chirurgical, une organisation et une équipe médico-chirurgicale donnés. (AE)
  • Deux idées fortes : « l’hydratation est obligatoire, la miction facultative » :
    • 14 – Il est recommandé d’hydrater par voie orale les patients par des liquides clairs jusqu’à 2 heures avant l’intervention. Les critères habituels de jeûne préopératoire sont de 6 heures pour les solides et de 2 heures pour les liquides clairs.
    • 26 – Il est recommandé d’évaluer le risque de rétention urinaire lors de la consultation de programmation opératoire en distinguant le risque rétentionnel faible et le risque élevé en fonction du patient, du type de chirurgie et du type d’anesthésie.

Ces recommandations ont pour objectif principal de permettre à l’ensemble des urologues de développer la pratique d’une chirurgie urologique ambulatoire de qualité, avec les mêmes conditions de sécurité qu’en hospitalisation traditionnelle.

L’AFU a écrit ces recommandations, c’est maintenant à vous de les mettre en application.

Gilles CUVELIER
Pour le groupe ambulatoire de L’AFU

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3