Éditorial du 03/04/2016 : Réhabilitation précoce et chirurgie ambulatoire : quels points communs ?

Gilles CuvelierLa chirurgie ambulatoire est une priorité pour nos tutelles. L’AFU s’est organisée pour faciliter aux urologues le « virage ambulatoire » : commission ambulatoire du comité des pratiques professionnelles (CPP-AFU), recommandations labellisées par la HAS, intégration au DPC, outils d’information patients pré- et post-opératoires sont déjà à votre disposition.

La RAAC (réhabilitation améliorée après chirurgie), est devenue plus récemment une priorité pour nos tutelles au motif des moindres complications et du raccourcissement de la durée d’hospitalisation qu’elle induit. L’AFU est convaincue de l’intérêt de la RAAC pour certains de nos patients en urologie.

Elle s’organise en incluant ce thème dans le programme de travail de la commission de chirurgie ambulatoire du CPP-AFU. Un programme AFU de RAAC pour les cystectomies est envisagé avec nos collègues du groupe GRACE (Groupe francophone de Réhabilitation Améliorée après ChirurgiE).

La HAS, haute autorité de santé, a inscrit à son programme de travail, la production d’un rapport sur le thème de la RAAC.

La première réunion a eu lieu à la HAS début décembre 2015. L’AFU participe à ce groupe de travail, représentée par deux de ses membres Eric Drappier et moi-même.

Quels sont les points communs entre RAAC et chirurgie ambulatoire ?

- La réhabilitation (anciennement rapide ou précoce) améliorée après chirurgie.

Elle repose sur 2 piliers : diminuer le stress et favoriser la convalescence.

Diminuer le stress en limitant le jeûne, la prémédication, les morphiniques, en ajustant la perfusion de fluides, en rendant le patient acteur de sa prise en charge, en prévenant au mieux les douleurs, nausées, vomissements et l’hypothermie, par un geste chirurgical mini invasif (voie d’abord, drains et cathéters).

Favoriser la convalescence avec un patient toujours acteur de sa prise en charge, en aidant à la reprise d’un transit rapide avec réalimentation ou à défaut chewing-gum le jour même. La verticalisation et la déambulation sont également importantes.

- La chirurgie ambulatoire est un mode de prise en charge en hospitalisation.

C’est un parcours, incluant une réhabilitation précoce, qui se poursuit au retour à domicile avec une gestion appropriée des risques dans le cadre d’un séjour de moins de 12 heures sans nuitée dans une unité dédiée avec une organisation particulière.

Chirurgie ambulatoire et RAAC ont en commun une diminution du temps de séjour, la dimension d’un parcours (qui précède et inclut le séjour), le recentrage sur le patient, la prise en compte de la dimension pluri professionnelle, l’écriture d’un chemin clinique, et d’être, l’une et l’autre, source de progrès pour les patients, les chirurgiens, les anesthésistes et les organisations.

A contrario, on peut définir une chirurgie non ambulatoire ; mais existe-t-il une réhabilitation tardive ou lente ou dégradée ?

La réhabilitation « précoce ou rapide ou améliorée » ne va-t-elle pas se fondre dans un changement de pratiques pour tous nos patients opérés ?

Et perdre son adjectif pour le grand bénéfice de tous nos patients…

Gilles Cuvelier, responsable commission chirurgie ambulatoire AFU

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3