Editorial du 08/09/2012 : Journée Nationale de la Prostate

Jeudi 20 septembre 2012

Evitons les raccourcisChaque année, on dénombre 71 000 nouveaux cas de cancer de la prostate, et cette maladie est à l’origine de près de 8 870 décès[1].

S’il peut évoluer de façon silencieuse lente, il existe aussi des formes très agressives qui progressent vite et affectent :

  • l’espérance de vie des patients, notamment des patients les plus jeunes (moins de 65 ans) ;
  • leur qualité de vie (effets indésirables des traitements, fatigue, douleurs liées aux métastases).

Quels sont les outils qui permettent aujourd’hui de distinguer un cancer agressif d’un cancer indolent ? Lorsque le cancer a évolué, quels traitements envisager pour éviter ses répercussions en termes d’espérance de vie ? Comment intégrer la qualité de vie, à chaque étape de la prise en charge du patient, jusqu’au stade métastatique, en respectant au mieux les choix personnels du patient ?

Pour l’édition 2012 de la Journée Nationale de la Prostate, les urologues de l’AFU ont choisi, en complément de l’information scientifique, de prêter une attention particulière au point de vue des patients :

  • à travers la présentation de l’analyse d’un questionnaire patients, réalisé spécialement par l’AFU pour la journée de la prostate ;
  • en faisant la part belle aux parcours singuliers, à travers la présentation du récit d’hommes qui ont accepté de témoigner de leur cancer.

[1] Chiffre INCa – estimation 2010

Dernière mise à jour : 08/09/2012 19:13 Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3