Éditorial du 30/08/2013 : La rentrée éditoriale d’Urofrance

Chaque rentrée est l’occasion de dresser un bilan et de bâtir de nouveaux projets. Pour Urofrance, que cherche-t-on d’abord à évaluer ? La fréquentation et la notoriété du site, la qualité et la fiabilité du contenu, la facilité de navigation et d’accès à l’information recherchée, l'intérêt scientifique et pédagogique… ? Tous ces items sont pertinents et peuvent être appréhendés à la lecture des résultats de l’enquête de satisfaction d’Urofrance menée au printemps 2013 et que nous portons à votre connaissance.

Vous êtes de plus en plus nombreux à visiter Urofrance, l'audience a presque doublé en 1 an avec plus de 130.000 visites/mois, mais le peu de réponses au questionnaire de patients ou de leurs proches laisse penser que l’espace dédié au grand public n’a pas encore trouvé sa juste place et qu’il mérite une meilleure lisibilité. La rubrique « Urologie en images » va s’enrichir d’autres animations vidéo : « mon PSA augmente », « j’ai des fuites urinaires… Que dois-je faire ? ». Les fiches information-patient sur les interventions et explorations vont être complétées par des fiches sur les suites opératoires. L’objectif est aussi de permettre de préparer la consultation auprès de l’urologue avec les outils et questionnaires d’évaluation des symptômes.

Urofrance, organe de communication scientifique et professionnelle en urologie : cette vocation première du site de l’Association Française d’Urologie est largement plébiscitée par les urologues français et francophones, qui ont répondu à notre enquête avec cependant des demandes d’amélioration du moteur de recherches pour les publications, d’une plus grande diffusion de films techniques, de modules et diaporamas d’enseignement, ou encore d’analyses d’articles internationaux. Il semble toutefois que les enregistrements audio-synchronisés des différentes journées de formation organisées par l’AFU (Sessions du Congrès, JAMS, JOUM, JITTU) et par l’OA-Accréditation (Urorisq) soient encore peu connus et visionnés ; ils pourraient être ouverts aux urologues étrangers, qui en font la requête. Nous prévoyons, par ailleurs, l’ouverture d’un espace pour les kinésithérapeutes en pelvi-périnéologie et les IDE en urologie.

Urofrance est aussi la « vitrine » de l’AFU. C’est le support de diffusion des prises de position et positionnements stratégiques du Bureau et du Conseil d’Administration, c’est l’organe de la communication externe, qu’elle soit éditoriale (communiqués et dossiers de presse), événementielle (Congrès national, Journées thématiques), ou encore de crise, on l’a vécu particulièrement avec la gestion de carence ou de rupture de stock en produits de santé. Malgré tout, les messages de l’AFU sont parfois mal compris ou mal interprétés, rappelons-nous les polémiques récurrentes sur le dépistage du cancer de la prostate. Ils seraient sans doute mieux reçus et gagneraient en audience auprès des media, des professionnels de santé et des patients avec l’utilisation des réseaux sociaux et grâce au relais et partenariat d’associations de patients et de sites médicaux grand public.

La ligne éditoriale est ainsi dessinée. Elle sera tracée par le Conseil d’Administration de l’AFU.
Bonne rentrée et bonne lecture des résultats de l’enquête Urofrance.

Pour le comité Urofrance, Jean Luc Moreau

Rédacteur : Urofrance
Réalisation : Axoïde
Valide HTML 5  Valide CSS  Optimisé pour Firefox  Construit avec Typo3